St Benoît-Joseph Labre

St Benoît-Joseph Labre est un fils de laboureur né dans un petit village du Pas-de-Calais, Amettes, en 1748.

Aîné d'une famille de quinze enfants, il apprend à lire et à écrire et montre très jeune une foie profonde. Sa famille envisage d'en faire un prêtre et l'envoie continuer sa formation chez son oncle, lui-même curé.

Vers l'âge de seize ans, il annonce préfèrer la vie monacale. Il tente d'entrer dans plusieurs chartreuses mais on le renvoie chez lui le jugeant trop fragile et trop austère.

Il prend la route de Rome vers 1770 et n'étant accepté par aucune communauté commence une vie de pélerin, mendiant son pain. Il distribue le plus souvent les aumônes qu'on lui fait aux plus pauvres. Enfin, il arrive dans la ville éternelle en décembre 1770. Il repart bientôt pour St Jacques de Compostelle avant de retourner à Rome puis de se rendre à Lorette en 1777. L'année suivante, Benoît-Joseph Labre se fixe définitivement à Rome.

Il aurait alors vécu plusieurs années dans les ruines du Colisée. Le 16 avril 1783, il est trouvé inanimé sur les marches d'une église et meurt peu après, le jour du Mercredi Saint. La nouvelle de sa mort est répandue par les enfants criant "E morto il santo" - "Il est mort le saint". La foule se presse lors de son enterrement.

Peu après des miracles commencent à se produire sur sa tombe. Son procès en canonisation est ouvert dès mai 1783 mais il ne sera achevé qu'en 1860. Béatifié le 20 mai 1860, il est canonisé le 8 décembre 1861.

Pourquoi faire de ce saint un santon ? Seul le santonnier Jouve pourrait répondre à cette question... C'est en tout cas un magnifique pélerin qui trouvera aisément sa place dans une crèche, malgré l'anachronisme.



16/10/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres