Le marchand de melons

On ignore quelle est exactement la région d'origine du melon, certains l'imaginent en Inde, d'autres en Iran et d'autres encore en Afrique.

On sait que deux millénaires avant J.C. il était déjà cultivé en Egypte.

Passé en Grèce puis en Italie, il serait ensuite arrivé dans le sud des Gaules. Ce qui est clairement établi c'est qu'il figure dans le capitulaire De Villis établi à la demande de Charlemagne, qui contient la liste des plantes que les gouverneurs des domaines impériaux doivent faire cultiver.

Pourtant il semble ensuite avoir été oublié jusqu'au XVe siècle quand le roi Charles VIII, de retour des Guerres d'Italie le réintroduit dans le royaume.

Au siècle suivant des moines italiens introduisent à Rome un melon rond à chair orangée. Comme il est planté dans la résidence d'été des papes, à Cantalupo, il prendra en France le nom de Cantaloup. Sa culture se répand rapidement dans tout le sud du pays puis bientôt dans le Val-de-Loire et en Anjou.

Son succès ne diminuera jamais. Alexandre Dumas l'appréciait tant qu'il demanda à la ville de Cavaillon, en échange de l'intégralité de son oeuvre publiée, près de 400 volumes, de lui servir une rente de douze melons par an ce qui fut strictement respecté de 1864 à la mort de l'auteur en 1870.

Le santon présenté, marchand de melons du santonnier Fouque, peut donc être un revendeur ou un producteur qui vient vendre ses melons sur un marché.



17/10/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres