La soeur de la Providence

 

 

 

Cette religieuse, créée par le santonnier belge Noirhomme, représente une soeur de l'Ordre de la Providence de Rouen.

 

Cet ordre a été créé par Nicolas Barré, prêtre natif d'Amiens, en 1662. Il est organisé à l'origine pour éduquer les enfants pauvres.

 

Dans une simple maison de Sotteville-les-Rouen, des dames de bonne volonté, reçoivent des filles qu'elles éduquent gratuitement. Ce sont des femmes de bourgeois de Rouen qui sont les premières à rejoindre l'ordre.

Cette initiative n'est pas vraiment apprécié du clergé local qui voit d'un mauvais oeil la formation de filles tandis que les maîtres laïques craignent une concurrence du fait de la gratuité de l'enseignement dispensé.

 

Malgré cela les écoles vont se multiplier.

 

La Révolution voit l'emprisonnement des religieuses, mais dès le calme revenu, des écoles se reconstituent.

 

En 1875, il existe près de 180 établissements, encore localisés en Normandie et dans le Nord-Pas-de-Calais.

 

Les lois de séparation de l'Eglise et de l'Etat poussent les communautés à l'exil, elles s'installent en Belgique, à Bruges, en Angleterre, à Seaford et aux Pays-Bas. Des soeurs ne reviendront à Rouen qu'en 1923.

 

A partir de 1963, l'ordre essaime sur les autres continents, à Madagascar d'abord puis dans le monde entier.

Les soeurs de la Providence sont aujourd'hui présentes dans 20 pays, en Europe, en Asie, en Afrique et en Amérique du sud.

 



29/11/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres