L'infirmière

Le métier d'infirmière s'est organisé très progressivement.

Au début du Moyen-âge on a l'habitude de "réquisitionner" des prostituées et des volontaires pour s'occuper des malades dans les rares hospices créés par l'Eglise.

C'est à partir du XIIe siècle que des ordres religieux dont la vocation est le soin des malades et des infirmes apparaissent. Cette situation va demeurer inchangée jusque dans le courant du XIXe siècle. L'organisation est toujours plus ou moins la même, un riche donateur, l'Eglise ou le roi crée un hospice et fait un don suffisamment important pour permettre son entretien et celui d'une communauté de religieux ou de religieuses. Dans les villes, il existe une multitude de petites structures, accueillant parfois moins de dix personnes.

A partir de 1878, un mouvement de laïcisation fait disparaître peu à peu les religieux des hôpitaux. En 1902, un décret oblige les préfets à créer des écoles d'infirmières. Pendant la guerre de 14, de nombreuses femmes se portent volontaires pour aider aux soins des blessés, certaines d'entre-elles resteront dans la carrière après la fin du conflit, accentuant encore le mouvement de laïcisation.

Cependant, jusque dans les années 60, continuent à cohabiter infirmières religieuses et laïques.

Désormais, ce sont exclusivement des laïques qui exercent cette profession, à l'exception de quelques congrégations religieuses ayant conservé leur vocation et faisant former leurs membres dans les écoles d'infirmières.

Le santon de Noirhomme, représente une infirmière dans la tenue du début du XXe siècle comme l'atteste cette carte postale ancienne :



18/10/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres